4 février 2015 - Journées des Paysages

Février 2015

Aujourd'hui se déroule, au sein de l'École d'architecture de Paris-La Villette et organisée par cette dernière, la Journée des Paysages. Boris Menguy, chef de projet ingénierie du développement durable de l'AURH intervient lors de cet évènement. Le sujet : Quelles limites à nos villes ? Les paysages des franges périurbaines : aménagements et fonctions.

Résumé de l'intervention de Boris Menguy

Pour de nouvelles rencontres : Lisières structurantes, lisières fonctionnelles, lisières naissantes : enrichir le vivre ensemble à partir des espaces de transitions. Les lisières du SCoT Le Havre Pointe de Caux Estuaire.

Les limites administratives s'avèrent inaptes à définir une de fertilité d'usages et d'échanges sociaux. Dès lors, les réflexions portant notamment sur les franges urbaines apparaissent comme une clé indispensable à l'amélioration de la qualité de vie et l'attractivité du territoire. A ce titre, les lisières constituent un sujet d'étude important pour le SCoT Le Havre Pointe de Caux Estuaire.
En région havraise, la diversité des affectations des sols (réserve naturelle, espace industrialo-portuaire, grandes cultures, villes et villages...) se mêle nécessairement à celle des échelles (estuaire, falaises et mer, plateau de Caux, agglomération et bourgs ruraux) et invite à chercher des pistes nouvelles dans la conception d'espaces tant dans une logique d'ancrage territorial que d'installation de nouvelles aménités. Ce travail spatial implique nécessairement l'amélioration ou la définition de lisières en prise avec les enjeux contemporains (gestion de l'eau, loisirs, nature).
L'AURH travaille depuis plusieurs années sur la « ville-territoire » qui s'appuie sur des alternances fonctionnelles (agriculture, nature, industrie, ville) et une logique d'imbrication voire d'hybridation plus profitable des espaces. Pour avancer par la voie du projet, des pistes concrètes ont été explorées sur les lisières du SCoT à l'occasion d'un atelier de 6 mois en partenariat avec l'École Nationale Supérieure du Paysage de Versailles et Marseille, des élus du territoire et une quarantaine de techniciens. La somme des propositions, dont une grande partie se concentre sur le périurbain, ouvre de nouvelles perspectives d'aménagement et d'espaces de vie, autant de possibilités inédites pour accueillir des fonctions inusitées et susciter de nouvelles rencontres.

Télécharger la publication "Pour de nouvelles rencontres en Pays de Caux"

SCoT_journee-des-paysages_fevrier-2015