Les utilisations intermédiaires des espaces vacants : focus à mi-parcours

Avril 2016
AURH_espaces-vacants_these_sarah-dubeaux_avril2016

Sarah Dubeaux est chargée d'études et doctorante au sein de l'École normale supérieure de Paris et l'Université de Kaiserslautern. Elle est rattachée à l'équipe de l'AURH dans le cadre de sa thèse intitulée Les utilisations intermédiaires des espaces vacants dans les villes en décroissance, transfert allemand et mise en application havraise.

Les recherches de Sarah Dubeaux explorent les différents rôles et gestions des espaces vacants dans des villes en décroissance en Allemagne et en France. Par cette thèse de recherche appliquée, elle cherche à mettre en place une méthode de gestion foncière plus adaptée aux contextes de pression foncière existant dans les villes en décroissance. Cette méthode vise à utiliser ces moments d'attente en tant que tel en mettant en place un « urbanisme de l'intermédiaire » au sens spatial et temporel.

 

Cette thèse réinterroge les temporalités de mobilisation foncière et les acteurs qui y sont impliqués, entre délégations et partenariats.

L'expérience allemande

Cette étude analyse plus particulièrement le rôle des acteurs publics et souligne l'expérience allemande enrichissante notamment grâce à la formalisation et la mise en place de Zwischennutzungen : des utilisations temporaires et/ou intermédiaires de ces espaces vacants. La thèse questionne ainsi l'image de la friche et du vide que peuvent avoir les différents acteurs de la ville (habitants, aménageurs, élus...) et cherche à prendre de la distance face à la fascination ou la peur qu'engendrent parfois ces espaces en désertion, souvent synonymes de difficultés économiques et sociales. En examinant plus particulièrement des villes allemandes résurgentes (Leipzig et Berlin), c'est-à-dire connaissant actuellement une phase de croissance exponentielle à la suite d'une phase de décroissance importante, Sarah Dubeaux met en avant les forces et faiblesses d'une gestion foncière fondée sur l'incertitude.

À la suite de ces terrains allemands qui ont eu lieu lors de l'été et automne 2015, Sarah Dubeaux se penche désormais sur le cas du Havre. Cette mise en exergue permet d'analyser les possibilités et modalités de transfert de cette méthode du champ culturel et réglementaire allemand à la situation française et plus particulièrement havraise.

Consulter notre premier article dédié à la thèse de Sarah Dubeaux