Point de vue - Vers un nouveau modèle de fabrique territoriale : réseaux, flux et nouvelles coopérations

Juin 2017
point_de_vue_jd

Sur les 50 dernières années, des révolutions majeures ont modifié profondément l'organisation de nos territoires. Peu de personnes ont conscience que la révolution conteneur, cette boite métallique standardisée, a impacté leur mode de vie autant que l'internet ou le téléphone cellulaire. Il n'est jamais inutile de rappeler qu'un t-shirt arrivant au port du Havre, en provenance de Shanghai, subit un coût de transport maritime inférieur à un timbre-poste alors qu'il vient de parcourir plus de 10 000 kilomètres en traversant le Canal de Suez !

Le transport maritime conteneurisé a bouleversé l'économie des échanges et la géographie du monde. En conséquence, les villes portuaires occupent un rôle central dans l'économie mondiale dont le centre de gravité a basculé vers l'Asie (Inde, Chine).

Comme l'expliquait Yann Alix (Directeur de la stratégie à la SOGET, Délégué général de la fondation SEFACIL), en 2012, dans le cadre d'un atelier Vallée de la Seine, « L'échelle de lecture du port comme simple interface qui manipule des flux pour attirer des navires est révolue. Ce qui caractérise un port, c'est sa fixité géographique. Mais les chaînes de valeur logistiques se construisent et se déconstruisent en quelques années en fonction des demandes et de l'adaptabilité des services proposés. Ce ne sont plus les ports qui sont en concurrence mais les corridors. Ces systèmes intégrés ou gateways changent les paradigmes de la compétition entre les espaces portuaires ».

Ce constat amène à s'interroger sur l'organisation de nos territoires régionaux, nationaux et mondiaux qui sont traversés et sillonnés par des flux de toutes sortes. Raisonner en systèmes territoriaux des flux est une approche originale pour notre pays organisé autour d'un découpage administratif établi (régions, départements, communes). Cette approche tend à bouleverser nos rapports aux lieux et à l'espace. Nous assistons à une véritable mutation des échelles et des cadres de référence pour saisir les nouveaux territoires.

Il s'agit bien aujourd'hui de créer du lien pour créer de la valeur. Le pouvoir est redistribué dans un nouveau modèle où l'important est non seulement de mettre en place une coopération entre tous les acteurs (citoyens, clients, salariés, collectivités, entreprises) mais aussi d'opérer en synergie entre les institutions publiques et privées.

Dans ce contexte, l'alliance des ports de l'Axe Seine, le GIE HAROPA, permet de faire face à de nouveaux rapports de force, de répondre à la pression terrestre des acteurs du shipping, en fixant la valeur dans des chaînes logistiques de plus en plus fluides et mobiles. En effet, l'avenir du bassin industriel de la Seine et de la puissance portuaire HAROPA est de constituer une porte d'entrée majeure du continent européen. Pour cela, la vallée de la Seine doit se projeter dans une intégration logistique européenne Ouest-Est jusqu'aux marchés de l'Est français et du Sud-Ouest de l'Allemagne. Ces échelles d'analyse sur des méga-territoires sont facilitées par un nouveau cadre régional, par une coopération renforcée entre régions Normandie et Île-de-France, par un dialogue constructif interterritorial, entre EPCI. Ces échelles permettent, à la fois de positionner durablement la vallée de la Seine comme un carrefour européen, comptant dans les échanges et ainsi de défendre au bon niveau les intérêts du Havre et de l'Estuaire de la Seine.

Ces analyses pourront trouver leur concrétisation par un lobbying fort associant l'ensemble de la chaîne d'acteurs, institutionnels et privés, autour d'un projet vallée de la Seine fédérateur, offrant une convergence d'intérêts locaux, nationaux et européens. Ainsi, les problématiques traditionnelles des villes-ports demeurent, mais de nouvelles questions à l'échelle du système portuaire et du méga-territoire émergent. L'AURH tente de les appréhender dans le cadre d'un travail multi-partenarial en réseau et de coopérations nouvelles, qui se complexifient et s'intensifient depuis plusieurs années.

citation_juliette_v2